66 millions de contaminés : propositions pour en finir avec la pollution de l’air

La pollution de l’air nous touche tous : si nous avons le choix de préserver notre santé en matière de consommation, tel n’est pas le cas avec la pollution de l’air. Nous sommes tous contaminés.

L’inertie de l’Etat français face à ce scandale sanitaire doit prendre fin. Parce que nous avons tous le droit de vivre dans un environnement sain (droit reconnu par notre Constitution), et parce que nous souhaitons préserver notre santé et celle des générations a venir, nous demandons au gouvernement de prendre des mesures a la hauteur des enjeux.

Aussi nous demandons :

  • D’informer le public

1/ Au travers de campagnes d’information mettant en garde la population, et particulièrement les personnes vulnérables (personnes âgées, femmes enceintes, enfants, asthmatiques, etc.), contre les dangers de la pollution de l’air – en particulier lors des pics de pollution (comme cela est fait pour les campagnes de la sécurité routière).

2/ Avec la mise en place d’un nouvel étiquetage « consommation et émission de co2 » des voitures, qui prendra en compte l’ensemble des polluants de l’air issu de la combustion des moteurs (les voitures « vertes » qui se vendent aujourd’hui ne prennent en compte que les émissions de Co2, donnant une image « propre » du diesel, qui tue pourtant des milliers de gens chaque année !) les consommateurs doivent disposer d’une information complète et fiable avant l’achat d’une voiture.

3/ En interdisant la publicité pour les véhicules diesel (sur le même modèle que l’interdiction des publicités contre le tabac).

  • D’(in)former les professionnels

4/ Au travers d’une campagne d’information mettant en garde les professionnels exposés contre aux dangers de la pollution de l’air dans le cadre de leur travail (conducteurs de métro ou autres véhicules,  employés de péage, etc.).

5 / En sensibilisant et en informant le corps médical, afin que soit mieux traites les patients victimes de la pollution de l’air :

–       en instaurant au sein des facultés de médecine des cours sur les effets de la pollution de l’air ;

–       en mettant en place des formations continues pour les médecins déjà en exercice.

  • De prendre des mesures fortes pour un objectif zéro diesel en France

6/ Bannir le diesel dans les administrations : que tous les services publics n’utilisent plus que des véhicules propres (électriques ou au moins essence), et cela pour les transports en commun comme pour le parc automobile mis à disposition des agents publics.

7/ Réformer le bonus/malus écologique, qui a favorisé le diesel qui est peu émetteur en co2, afin d’inciter à l’achat de voitures « réellement » performantes d’un point de vue environnemental et sanitaire.

8/ Opérer un transfert fiscal : mettre fin a l’avantage fiscal du diesel sur l’essence et transférer ces fonds dans une aide versée aux particuliers afin de les inciter et de les aider à renouveler le parc automobile de la France du diesel vers l’essence et l’électrique.

9/ Mettre fin a la construction et a l’importation des véhicules diesel : les constructeurs automobiles français doivent cesser de mettre en danger la santé des français en fabriquant et en commercialisant des produits qui tuent. Cette vision court-termiste n’étant pas par ailleurs économiquement viable, ils doivent réorienter leur production vers des véhicules essence et à énergie renouvelable afin de répondre à la demande de demain.

10/ Mettre en place une commission d’enquête parlementaire sur le moteur propre, scandaleusement caché dans les cartons de certains bureaux d’étude depuis de nombreuses années

11/ Mettre en place une cellule de crise dont les membre seraient issus des ministres concernés par les impacts de la pollution de l’air : ministère de l’environnement, de la santé, des transports et de l’industrie.

  • Enfin, d’aider les victimes de la pollution de l’air

12/ Mettre en place une aide juridique permanente pour les victimes de la pollution de l’air, comme cela existe pour les victimes d’infraction pénales.

13/ Sur le même modèle que celui des victimes d’infractions pénales graves, mettre en place un fond de garantie permettant a la victime d’être indemnisé par l’État en réparation de son préjudice quand celui-ci ne peut être indemnisé par l’auteur (inconnu, insolvable, …) ou les organismes d’assurance.

2 thoughts on “66 millions de contaminés : propositions pour en finir avec la pollution de l’air

  1. MES AMIS, POURQUOI VOUS NE CITEZ PAS LA POLLUTION DE L’AVIATION DONT ON NOUS CACHE SYSTÉMATIQUEMENT SA RESPONSABILITÉ DANS LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE { ET LES MESURES S’Y ATTENANT CAR POUR FAIRE SIMPLE : QUAND ON PARLE DE LA POLLUTION DES MOTEURS AUTO DIESEL LES VALEURS LIÉES AUX AVIONS SONT ADDITIONNÉES SANS COMMENTAIRE !

  2. Bonjour,

    Sachez que la pollution due à l’aviation est également un de nos soucis et n’est pas épargnée dans notre plainte contre X : aux termes de l’article L223-1 du code de l’environnement « En cas d’épisode de pic de pollution prolongé, le ministre chargé de l’aviation civile prend les mesures nécessaires pour tenir compte de la pollution due aux mouvements d’aéronefs » (comme par exemple suspendre ou du moins réduire le trafic aérien)

    Bien cordialement,

    L’équipe Écologie Sans frontière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>