Ecologie, le réel impact des bouteilles en plastique

bouteilles en plastique.

Il ne faut pas s’étonner de savoir que la pollution plastique est l’un des problèmes environnementaux les plus pressants auxquels nous sommes confrontés. En 2016, nous avons consommé 400 milliards de bouteilles d’eau en plastique dans le monde, ce qui équivaut à 1 million de bouteilles d’eau en plastique par minute, ou 20 000 bouteilles par seconde. Certains peuvent être tentés de penser qu’il s’agit là d’un problème mineur, qu’il y a pire comme pollution, et pourtant…

Les bouteilles en plastique ne sont pas biodégradables

Pour bien comprendre ce que cela signifie, il est important de connaître la différence entre biodégradation et dégradation.

On parle de biodégradation lorsqu’un objet est décomposé (digéré) par des organismes vivants. Cela signifie que l’objet peut être recyclé naturellement (par des décomposeurs comme les bactéries et les champignons) en nouvelles molécules organiques et en nouvelle vie. D’autre part, la dégradation est simplement le processus de décomposition en plus petits morceaux.

Le plastique ne peut pas être recyclé par des organismes vivants. Au lieu de cela, une combinaison d’énergie solaire et de facteurs environnementaux comme la pluie continuera à dégrader le plastique en morceaux de plus en plus petits. Ces morceaux de plastique (également connus sous le nom de microplastiques) resteront toujours sur la Terre sous forme de plastique.

Une bouteille en plastique peut mettre jusqu’à 1 000 ans à se dégrader. Lorsque le plastique se dégrade, les produits chimiques toxiques qu’il contient sont libérés dans l’environnement – nuisant ainsi à la faune et à la flore dans le futur.

La production de bouteilles en plastique nécessite des combustibles fossiles

L’un des principaux problèmes du plastique est que sa production nécessite l’utilisation de combustibles fossiles non renouvelables. Les bouteilles en plastique ne font pas exception à la règle. La plupart des bouteilles en plastique sont fabriquées à partir d’un plastique appelé PET (polyéthylène téréphtalate), qui est produit à partir de pétrole. Pire encore, la production de bouteilles en plastique n’est pas le seul moment où l’énergie est gaspillée. En fait, de l’énergie est utilisée pendant toute la durée de vie d’une bouteille en plastique : Cela inclut l’énergie utilisée pour le transport, le stockage et l’élimination finale de la bouteille.

À l’échelle mondiale, l’énergie intégrée à notre utilisation d’eau en bouteille équivaut à 450 millions de barils de pétrole chaque année (d’après les statistiques de 2012). C’est suffisant pour alimenter 25,5 millions de voitures pendant un an.

Les combustibles fossiles ne sont pas renouvelables, et ils contribuent aux émissions de gaz à effet de serre et au changement climatique. Il ne fait aucun doute qu’ils sont mauvais pour l’environnement.

Elles créent une pollution plastique et nuisent aux écosystèmes marins

De nos jours, on trouve des bouteilles en plastique dans presque tous les endroits où l’on va. Le nombre de bouteilles en plastique vendues chaque jour signifie que beaucoup d’entre elles finissent par être jetées de manière inappropriée.

Il est important de ne pas sous-estimer la gravité de ce problème. Les bouteilles en plastique sont actuellement le cinquième déchet le plus fréquemment trouvé lors des opérations de nettoyage du littoral (en termes de quantité), ce qui représente une part importante de la pollution plastique totale des océans.

Les animaux comme les oiseaux ou les poissons peuvent prendre le plastique dans l’océan pour de la nourriture. De plus, comme le plastique peut être de toutes tailles, même les plus petits organismes comme le plancton peuvent être affectés. Lorsqu’un animal consomme suffisamment de plastique, son système digestif peut s’engorger, ce qui peut entraîner sa mort par inanition. Parfois, la forme irrégulière des morceaux de plastique peut même provoquer la mort d’animaux comme les tortues de mer. Et le pire ? Une fois que le plastique est ingéré par un organisme, il peut remonter la chaîne alimentaire. Lorsque des prédateurs mangent des proies ayant du plastique dans leur organisme, le plastique est transmis à l’animal suivant dans la chaîne alimentaire.

Les fruits de mer contenant du plastique ou des produits chimiques toxiques peuvent également contaminer les humains. Des microplastiques, trop petits pour que nous les voyions, pourraient être présents dans les poissons que nous mangeons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*