Le fléau de la consommation mondiale des protections hygiéniques

culotte menstruelle

Il faut savoir que les tampons et les serviettes hygiéniques sont des protections dotées de substances chimiques et sont polluantes. Nombreuses sont les femmes qui, durant leur menstruation, optent pour un tampon, une serviette jetable ou encore un protège-slip. Pourtant, il existe d’autres alternatives moins coûteuses, et bénéfiques aussi bien pour le corps que pour l’environnement !

Les protections hygiéniques jetables : Un danger pour l’environnement ?

Une protection hygiénique jetable pollue, car majoritairement, elle est composée de substances non recyclables. Si on fait un résumé du cycle menstruel de la femme, cela se passe comme suit :

Généralement, les premières règles surviennent à l’âge de 13 ans et les femmes atteignent la ménopause vers 50 ans. En tout, la période des règles va durer 37 ans. Avec une durée moyenne de 4 jours et un usage de 5 protections par jour, les utilisatrices dépenseraient en moyenne 8800 produits d’hygiène jetables pour une seule femme. Or les déchets mettent environ 400 ans à se dégrader.

En plus de cela, les emballages indiquent rarement la composition d’une serviette périodique ou d’un tampon. Or, parmi les composants les plus visibles, on retrouve des matières synthétiques ou plastiques, associées à du coton. Même le coton classique a une culture polluante, si l’on prend en compte l’usage de pesticides et de grandes quantités d’eau.

Saviez-vous que sur ces protections, on retrouve aussi des résidus de pesticides, de phtalates ou encore de dioxine ? Certains tampons laissent même une grande quantité de fibre dans le vagin après le retrait ce qui peut causer des troubles et des infections. Sans compter le coût qui avoisine les 8 à 16 cents. Ce qui fait que vous pouvez dépenser jusqu’à 2000 euros de protections hygiéniques pendant vos règles.

Les meilleures solutions alternatives

Le tampon bio

Plusieurs marques proposent des tampons biodégradables en 4 mois, car ils sont fabriqués en coton bio. C’est donc respectueux pour le corps, pour l’environnement et ça réduit le nombre de déchet. En plus, ils sont tout de même agréables à porter.

Les serviettes hygiéniques lavables

Opter pour une serviette hygiénique lavable c’est aussi apprendre à préserver son corps. Ces serviettes lavables sont faites dans du coton biologique, ce qui permet de se prémunir contre les irritations, les allergies et les démangeaisons. Dotées d’ailettes, le risque de fuites est réduit considérablement. En plus avec ses boutons pression, il sera possible de la replier sur elle-même. Certains modèles sont accompagnés d’une pochette adaptée.

La cup pour réduire les déchets

La coupe menstruelle est une protection pratique et hygiénique. Mais il faudra faire attention car certaines sont faites de TPE médical et d’autres de silicone. Or il est plus complexe de recycler le silicone. Mais comme elle est réutilisable et lavable, elle permet de faire des économies et de préserver l’environnement.

La culotte menstruelle : On en parle ?

Si vous en avez marre d’acheter des protections intimes tous les mois, alors la culotte de règles est la solution idéale pour faire des économies. C’est la solution zéro déchet à la mode et elle est parfaite pour l’hygiène féminine. C’est le cas de la culotte hygiénique disponible chez www.sistersrepublic.com

Très confortables, épaisses et surtout écologiques, les culottes menstruelles sont absorbantes et anti-odeur. En plus de cela, elles peuvent être utilisées un grand nombre de fois, il suffit de les laver. Comme elles sont lavables en machine, leur impact sur l’environnement est quasi-inexistant. Non toxique pour le corps, ces sous-vêtements en coton sont idéales pour les règles.

Outre le fait qu’elle soit imperméable, absorbante et qu’elle évite toute sensation d’humidité, la culotte menstruelle est également esthétique. Pour les premiers jours des règles, il sera donc possible de mettre un shorty, un boxer et même un string. Pour les peaux sensibles, elle réduit les risques d’infection, de mycoses et de sécheresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*